Promotion 2017-2018 – SMART-LERECO


HENRY Lucile

lucile.jpg

  • Sujet de thèse : Quels impacts sur l’économie agricole et alimentaire française et bretonne face au « nouveau paysage commercial » européen ? Le cas du Brexit.
  • Thèmes de recherche : Commerce international / Politique agricole et commerciale / Stratégie de firmes
  • Directeurs de thèse : Marilyne Huchet-Bourdon et Angela Cheptea
  • LinkedIn
Pourquoi avoir choisi ce sujet : L’objectif de la thèse est d’identifier les nouveaux défis auxquels seront confrontés les producteurs français et bretons en matière de commercialisation des produits, autant sur le marché intra-européen que sur les principaux marchés externes dans le cadre du Brexit. Nous identifierons les filières et les catégories de firmes qui seront les plus affectées et analyserons différents scenarii sur l’aboutissement des négociations entre le Royaume Uni et l’Union Européenne en matière de politique commerciale. Les retombées de la résilience plus ou moins bonnes de différentes filières et firmes sur l’investissement et l’emploi seront également étudiées. Ce projet devra apporter une contribution originale à la littérature sur la mesure et les facteurs de la compétitivité avec des approches macro- et micro-économiques.

DEVILLIERS Esther

esther

  • Sujet de thèse : Modélisation micro-économétrique des choix de pratiques de production et des utilisations d’intrants chimiques des agriculteurs : une approche par les fonctions de production latentes.
  • Thèmes de recherche : Micro-économétrie appliquée / Micro-économie de la production agricole / Statistique computationnelle
  • Directeur de thèse : Alain Carpentier
  • LinkedIn
Pourquoi avoir choisi ce sujet : L’objectif de cette recherche est d’explorer une voie d’amélioration possible de la modélisation des choix de production des agriculteurs en introduisant la notion agronomique d’itinéraire technique dans les modèles micro-économétriques de choix de production des agriculteurs. L’introduction de cette notion dans les modèles micro-économétriques vise à mieux rendre compte des spécificités des choix de production des agriculteurs. L’estimation de ces modèles permettra, e.g., l’analyse des effets de politiques telles que des taxations d’intrants chimiques ou des subventions de l’utilisation de pratiques de production spécifiques. C’est à la fois pour son aspect inhérent de modélisation et pour les enjeux sous-jacents qu’il peut permettre d’éclairer que j’ai choisi ce sujet de thèse. En effet, dans un contexte où la sécurité des pesticides (pour l’homme mais aussi pour la biodiversité) est remise en question, il est primordial de savoir quel canal est le plus efficace pour réduire l’utilisation d’intrants chimiques.

GUERRA Francesco

FrancescoGuerra

  • Sujet de thèse : Dynamique d’exportation, compétitivité et incertitude.
  • Thème de recherche : Économie Internationale
  • Directeurs de thèse : Carl Gaigné et Stéphane Turolla
  • LinkedIn
Pourquoi avoir choisi ce sujet : Ce doctorat contribue à la compréhension des facteurs de réussite dans l’activité d’exportation des entreprises dans un contexte d’incertitude et d’intensification de la concurrence internationale. Si l’accès aux marchés internationaux est un enjeu important pour le développement des firmes, l’activité d’exportation est risquée car les entreprises font face à de nombreuses incertitudes. Dans ce contexte, il convient d’étudier si les entreprises préfèrent influer sur les facteurs de compétitivité de leurs produits ou adapter leur sélection de produits à exporter et de pays de destination où exporter. Les recherches conduites s’appuieront sur les cadres théoriques s’inscrivant dans la lignée des travaux récents de l’économie internationale basés sur les stratégies des firmes.

JOUAN Julia

JuliaJouan

  • Directeurs de thèse : Aude Ridier et Matthieu Carof
  • LinkedIn
Pourquoi avoir choisi ce sujet : Le doctorat porte sur l’évaluation économique et agri-environnementale de l’introduction de légumineuses dans les exploitations agricoles de l’Ouest de la France. Un des enjeux scientifiques sera de proposer une agrégation du modèle bioéconomique à l’échelle régionale permettant de prendre en compte les intéractions entre exploitations. La thèse est entièrement financée dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par le FEADER (Union Européenne et régions Bretagne et Pays de la Loire, projet « TERUNIC »).

SODJAHIN Ibirénoyé Honoré Romaric

S_Romaric

  • Sujet de thèse : Modélisation microéconométrique des choix de production des agriculteurs : effets des successions culturales et choix d’assolement dynamiques.
  • Thèmes de recherche : Microéconométrie appliquée, Microéconomie de la production agricole, Choix dynamiques, Optimisation appliquée
  • Directeur de thèse : Alain Carpentier
  • LinkedIn
Pourquoi avoir choisi ce sujet : L’objectif de ce projet de thèse est d’explorer une voie d’amélioration de la modélisation des choix de production des agriculteurs : la prise en compte des effets des successions culturales sur les performances et les choix de production des agriculteurs. Les successions culturales définissent les séquences de cultures sur une même parcelle. Le choix des successions culturales est une des clés de voûte des systèmes de production agricole agro-écologiques. Cette thèse s’attèlera donc à mobiliser des ensembles de données très riches d’un point de vue statistique et les techniques de la modélisation microéconométrique pour atteindre deux objectifs : (a) proposer des approches statistiques pour la mesure des effets des successions culturales sur les rendements obtenus et les utilisations de pesticides et d’engrais des agriculteurs et (b) explorer les mécanismes de choix des successions culturales des agriculteurs.

OSSENI Abdel Fawaz

Abdel-FawazOsseni

  • Sujet de thèse : Gestion préventive et conséquences de risques sanitaires en productions animales : application à la tuberculose bovine en France.
  • Thème de recherches : Économie de la santé animale / Risque d’infection animale / Gestion des maladies animales / Tuberculose bovine
  • Directeurs de thèse : Alexandre Gohin et Arnaud Rault
  • LinkedIn
Pourquoi avoir choisi ce sujet : L’élevage français doit faire face à plusieurs défis dont la production quantitative et qualitative d’aliments, une sécurité sanitaire des élevages et des produits animaux, une réduction des usages d’intrants, médicamenteux notamment. Les maladies des animaux d’élevage sont au cœur de ces défis car leurs survenues et traitement peuvent avoir des conséquences productives, sanitaires et marchandes pour l’ensemble des filières animales. Dans le cas de maladies contagieuses, la diffusion de la maladie entre troupeaux, entre animaux de diverses espèces et le risque de zoonose peuvent occasionner un risque sanitaire de grande ampleur, bien au-delà des variations de valeurs ajoutées au sein des filières animales. Cela devient une question de santé publique. De là, la santé animale est un bien public pur dont la régulation nécessite le plus souvent l’intervention de l’État. J’avais travaillé lors de mes travaux de Master sur les politiques publiques de gestion des biens publics issus de l’agriculture et de la foresterie. Ce sujet m’a intéressé parce qu’il s’inscrit bien dans ce cadre d’analyse des politiques publiques de gestion visant à internaliser les externalités négatives de production. Suivant cette ligne, l’objectif est donc d’analyser l’efficacité de mesures politiques publiques incitatives pour les pratiques préventives des agents face aux agents transmissibles (i.e. biosécurité à la ferme), dans le double objectif d’une réduction des incertitudes de production liées aux maladies et d’une gestion collective de la santé.

 

Publicités